mercredi, juin 22, 2022

Pourquoi et comment continuer de me suivre sur Insta ou Facebook malgré le nouvel algorithme ?

Après, Facebook, c'est à Instagram de se débarrasser des photographes avec un nouvel algorithme ! Alors coup de gueule ou opportunité ? Greg CLOUZEAU

Je ne suis pas un grand fan des réseaux sociaux et encore moins des publications qui y font le Buzz.  Pour autant, je reste un fervent utilisateur de Facebook et Instagram qui, je dois le reconnaître, m'ont permit de faire connaître mon travail en dehors d'un petit cercle d'amis. Hélas, très régulièrement, ces plateformes commerciales révisent leur algorithme et mettent tout en œuvre pour faire disparaitre celles et ceux qui ont, comme moi, un comportement has been ou qui ne leur achètent pas de publicité ! Après, Facebook, c'est donc au tour d'Instagram de se débarrasser un peu des photographes ! Alors coup de gueule ou opportunité ? 

Les réseaux sociaux permettent à tous de diffuser une image en quelques clics d'à peu près n'importe où, n'importe quand et avec un simple téléphone ! Autant vous dire que j'ai rapidement saisie l'occasion d'y partager mes photos de rue plutôt que sur mon site. Un rendez-vous quotidien qui perdure depuis avril 2014 ! Mille cinq et quelques posts plus tard sur Instagram, ma communauté continue de progresser lentement. Si je ne cherche pas à faire croître mon audience en achetant des followers ou de la visibilité par des publicités, je garde quand même un œil sur les statistiques, histoire de savoir si une image vous plait et si, peut-être, elle se vendra. A ce titre, mon compte Instagram est un peu mon catalogue de street photographie beaucoup plus complet et à jour que cette page du site. Alors forcément, si plus personne n'y vient, quel intérêt de continuer...

En effet, il y a quelques jours, mes images ne reçoivent plus le même accueil. A peine une cinquantaine de likes et quelques commentaires alors que le mois dernier, elles dépassaient tous les jours la centaine. Aurai-je été discrètement bannis par Méta ? Une technique appelé shadow banning  qui rend nos posts  invisibles ou moins visibles, tout en les gardant visibles par lui même, en espérant que l'absence de réactions du réseau va finir par lasser l'utilisateur et l'amener soit à adapter ses publications, soit à les réduire, voire à carrément quitter la communauté selon Wikipédia. En fait, non, je suis simplement victime du nouvel algorithme comme beaucoup de confrères photographes. Si certains le regrettent au point de fermer leur compte, d'autres y ont vu l'opportunité de proposer autre chose.







Top 9 2021 comparé à 2021. Les 150 likes sont largement dépassés et les impressions largement supérieures au nombre de personnes qui suivent mon compte à l'époque.

Mais pourquoi Insta a t'il fait ça ? 

Business is business... Insta n'est pas plus philanthrope que les autres !

Son algorithme semble vouloir s’inspirer toujours plus des méthodes de son nouveau concurrent TikTok en privilégiant la vidéo et les formats 16:9 ! Après les story, ce sont donc les réels qui sont privilégiés pour la visibilité... Du coup, nos photographies fixes, en 4/3 format paysage et en noir et blanc en prennent un sacré coup ! Comme JC Pieri, pour Phototrend je m'interroge : "Pourquoi boycotter toutes les images qui prônent des sujets positifs ? L’écologie, les animaux, l’humain etc… Instagram s’en balance. Pas besoin de vous citer ce que l’on voit chaque jour et qui buzz pour aucune raison. Mais ça fait mal."

Boris Allin, photoreporter s’irrite également sur Télérama  « L’année dernière, mes photos faisaient entre 5 000 et 10 000 likes. Aujourd’hui, j’ai 20 000 abonnés supplémentaires, mais en à peine deux semaines, mes audiences ont chuté jusqu’à atteindre 2 000 likes au maximum, alors que je n’avais jamais fait au-dessous. »

Les photographes n'ont plus qu'à devenir vidéastes ou à acheter de l'espace publicitaire pour rester visibles ! Une tendance que confirme aussi à Télérama le photographe Éric Bouvet, qui lors de sa couverture du conflit ukrainien a innové avec ce qu’il appelle des « sonoramas » : « C’est ma voix qui commente des projections de photos, un format plus direct, plus intime, qui en deux mois m’a fait passer de 35 000 à 45 000 abonnés », se félicite-t-il. [...] Tout juste a-t-il fait attention au changement d’algorithme. « Notre métier est toujours allé plus loin que l’œil, car il faut inlassablement trouver de nouvelles façons de traiter d’autres sujets. Cela ne change donc pas grand-chose pour moi. J’ai surtout l’impression de voir passer beaucoup plus de publicité. »

Voilà. A chacun de faire son choix. 

De mon côté, je suis affligé du succès ces courtes vidéos dont le contenu est majoritairement et profondément sans intérêt ! Je hais les instagrameurs et autres influenceurs qui achètent likes et communauté pour nous inonder de publicités ou d'images banales. Je joue le jeu du follow back avec fidélité mais me sépare régulièrement des faux comptes et autres faux suiveurs.

Je n'ai pas l'intention de devenir vidéaste mais je resterai quand même sur les plateformes. Pourquoi ? Parce que pour le moment, les algorithmes me montrent encore ce que je veux voir, c'est à dire les comptes avec lesquels j'ai le plus d'interactions même si c'est entrecoupé de nombreuses publicités. Ensuite parce que j'ai une formidable communauté sur Insta et Face de bouc. Il y a parmi vous des artistes exceptionnels et inspirants, des clients auxquels je suis attaché, des grimpeurs des 4 coins de la planète qui apprécient autant mes créations de street art que mes images de Bleau et des professionnels qui ont mis spontanément en avant mon travail dans leurs publications et reposts. Ce fut le cas par exemple il y a peu avec la maison Canson Infinity qui fabrique de très bons papiers photographiques idéal pour les tirages d'art ! Une belle visibilité pour Francis Selier, Tommy Lei et moi







Sans mes comptes Instagram et Facebook, certains d'entre-vous n'auraient sans doute pas découverts et achetés mes images ! Alors je vais quand même pas cracher dans la soupe sous prétexte que la recette a changé. En revanche, je souhaite rester moi-même et je ne céderai pas aux sirènes marketing qui vont à mon avis à l'encontre d'un travail personnel et de qualité.  

Donc, à vous qui me suivez fidèlement depuis toutes ces années [encore mille mercis !], pour continuer de voir mes publications malgré l'algorithme, n'oubliez pas ces petits gestes qui feront comprendre à Insta et FB ce que vous souhaitez. Commencez par mettre mon compte ou ma page dans les favoris de vos flux. En effet, plusieurs facteurs déterminent ce que les utilisateurs voient d'un compte ou d'une marque dans leur flux Instagram à commencer par son intérêt, la date de publication et ses relations mais aussi le temps et la fréquence de visite et l'importance du compte.

Instagram prédit le niveau d'intérêt de chaque utilisateur selon son comportement passé. Ainsi, le réseau social a plus de chances de montrer une publication parlant de maillots de bain à un utilisateur qui a déjà interagi avec des contenus mettant en avant des maillots de bain, plutôt qu'à une personne qui ne l'a pas fait. Le comportement passé des followers joue donc en partie sur la visibilité d'une publication.

Pour choisir les publications, Instagram analyse la totalité des actions (dans l'ordre enregistrements -pensez à faire une collection de mes œuvres ;0) / partages de posts -merci de faire connaître mon travail à vos amis notamment via vos stories- commentaires et likes et ) pour déterminer les contenus qui plaisent à l'utilisateur pour lui en proposer davantage. Pensez y quand vous voyez cette petite barre d'icones, le cœur n'est plus l'élément prépondérant comme l'indique l'illustration d'ouverture de cet article.



Instagram fait aussi apparaître en priorité les publications des personnes qui comptent le plus pour l'utilisateur, comme ses relations les plus proches et d'autres comptes qu'il apprécie. Pour prendre en compte les centres d'intérêt de l'utilisateur, Instagram analyse ses marqueurs d'engagement. Par exemple, une de ses relations a publié plusieurs contenus et il lui laisse à chaque fois un commentaire. L'algorithme Instagram va comprendre que ce compte est important pour l'utilisateur. En effet, les personnes qui ont déjà interagi par des commentaires, des tags ou encore des likes par le passé avec un compte auront plus de chance de voir apparaître les nouveaux contenus de ce compte en haut de leur fil d'actualités. 



Un utilisateur qui se connecte régulièrement ne verra pas les mêmes publications qu'un membre ultra-connecté. En effet, Instagram essaie de montrer à ses visiteurs les meilleures publications depuis leur dernière visite. Un utilisateur qui visite fréquemment son compte Instagram aura un fil d'actualité plutôt chronologique, alors qu'un utilisateur qui se connecte peu aura un fil d'actualité basé sur ses intérêts. Le temps d'utilisation d'Instagram joue également un rôle dans la sélection des publications.

Vous comprendrez alors aisément pourquoi il est important non seulement de mettre un petit cœur à mes photographies mais surtout de les enregistrer dans une collection, de partager mon contenu dans vos stories, de discuter en message privé ou de converser dans les commentaires.

Voilà, et si vous m'achetez un ou plusieurs tirages n'hésitez pas à publier une image de leur installation sur vos murs ! Je sais, c'est la crise pour tout le monde mais sachez que j'ai baissé mes tarifs et vous propose maintenant d'acquérir un tirage papier en édition limitée dès 70€ !

Merci à vous

et à eux !



















Rédaction TL²B

Auteur & Photographe Amateur

Auteur de nombreux articles dans la presse spécialisée Outdoor et escalade, je partage dans ce blog ma passion pour la photographie et vous livre mes trucs et astuces pour réussir vos images tant dans le sport qu'en ville !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Bonjour et merci de votre intérêt à mes travaux. Vous publiez un commentaire sous votre entière responsabilité juridique. Il doit être conforme à notre charte de respect des personnes, sociétés et associations et sans publicité.