vendredi, juin 01, 2018

[EXPO] Festival photographique Phémina 2018 de Nemours

Greg CLOUZEAU
Le collectif Croisons nos regards organise à Nemours un festival photo dédié aux femmes. Cette grande exposition constitue un évènement artistique et culturel assez original qui montre la diversité des travaux autour des femmes photographes et des femmes photographiées. En effet, le monde de la photographie est encore largement masculin : qu’il s’agisse de la mode, du photo-journalisme, de la nature ou du portrait, les femmes photographes restent peu connues du grand public. Paradoxalement, la femme est l’un des sujets les plus récurrents de la photographie...

C'est fort de ce constat, que le principe d’une exposition photographique qui mette la femme et la condition féminine en avant est né. D’une part pour mettre en lumière les nombreuses femmes photographes de talent, d’autre part pour tenter d’illustrer l’incroyable diversité de la femme en tant que sujet photographique. Pour autant, le festival ne se positionne pas sur un registre « féministe » au sens militant du terme.

Donc, cette année encore, le festival photo Phémina présentera plus de 200 images d’une trentaine de photographes dont la moitié de femmes. Et vous savez quoi ? Cette année, j'ai l'immense joie de faire partie de la sélection du collectif au coté d' Alexandra Gerat – Aude Osnowycz - Aurelia Cheret - Caroline Flornoy - Caroline Metzger - Cindy Jean-Millet - Elise Hardy - Franklin Lecointre - Gérard Tillaud - Gilles Lorenzo - Jean Chauvin - Jean-Luc Lefevre - Marie Bienaime - Philippe Deutsch - pilar du Breuil - Quentin Kheyap - Sabrina Lebreton - Sophie Panaget - Stephanie Foucher - Sylvie Tinseau - Zaida Kersten

– Fabrice Milochau - Claudine Berger – Christine Lebras – Didier Cohen – Chris Calvet – Soline Roux, invitée coup de cœur du Jury



Les deux invités d'honneur pour cette seconde édition sont Aude Osnowycz une des rares femmes photo-reporters en France et Chris Calvet, artiste plasticien remarquable pour sa démarche complète.

Le Festival, c'est aussi donner la parole aux photographes et vous pouvez donc assister à plusieurs conférences dont le « Nu artistique», Samedi 30 juin à 16h, par Gilles Lorezo, Rencontrer Chris Calvet qui expliquera sa démarche le 1er juillet à 14h30 puis à 16 h, discuter sur « le fond et la forme » avec Quentin Kheyap. Le samedi soir, pensez à la nocturne jusqu'à minuit !

Rendez-vous donc du 28 juin au 1er juillet 2018 à Nemours dans la Salle du Quai des Tanneurs et l'Atelier du Château.

Salle du quai des Tanneurs, sur les bord du Loing et face au château accueillera la plupart d'entre nous (17 rue des Tanneurs 77140 Nemours), les invités seront eux situé dans l'Atelier du château (rue Gautier 1er)

Horaires :

jeudi - vendredi - dimanche de 10 h à 12h30 et 14 h à 18h

samedi : 10 h à 12h30 et 14 h à 00h

Mise à jour , mon ITW par l'ami Fabrice Micholau pendant le festival


Quel meilleur jour donc que ce 08 mars, Journée internationale des droits de la femme, pour vous proposer mes deux sélections à départager par vos votes !?

Donc, j'exposerai 7 images de femmes, ainsi qu'une trentaine d'autres photographes (dont la moitié de femmes) à Nemours (77) lors du festival Phémina. Reste à choisir lesquelles. Et là, dilemme car j'ai au moins deux séries qui correspondent. Comme je ne peux me résoudre à faire le choix tout seul, je vous propose de voter jusqu'à la fin du mois pour la série que vous souhaitez voir exposée. Celle qui aura le plus de votes sera l'élue ! Et si par hasard, il y avait égalité, celle des 14 images ayant eut le plus de likes cumulés sur mes posts facebook et instagram fera gagner la série dont elle fait partie.

En effet, toutes ces images sont issues de mon projet photographique 365 (#Métroboulotphoto) consistant à publier chaque jour de travail une image originale prise lors de mes déplacements domicile - travail.

Deux séries donc qui jouent avec les reflets pour créer des effets de superpositions avec les scènes d’un quotidien banal se déroulant dans la rue. Au travers de ces séries, j'ai souvent mixé les éléments les plus chics, modes ou glamours des vitrines des Grands Magasins parisiens avec le mobilier urbain et les passants.

Elles tiennent donc à la fois du reportage sociétale, de la photographie de rue et de la photographie artistique en surfant sur les codes de la mode et du glamour parisien tout en révélant également l’hyper exposition féminine, parfois sexiste, à laquelle nous sommes confrontés tous les jours dans la rue ou les transports en commun.

Etre retenu à l’arrêt de bus dans une longue étreinte, observer du coin de l’œil, une femme en tenue légère dans le rétroviseur de son scooter ou traverser la rue sur un dos dénudé avant de deviner le rêve féminin d’un baiser à la sortie du RER. Autant de fantasmes mis en images ou d’images fantasmées au gré de mes trajets quotidiens

Le secret et la difficulté de ce type de photographie de rue réside dans la recherche de la meilleure combinaison artistique entre le moment, la lumière et la composition avec les contraintes imposées par la courte focale d’un smartphone.

La première (série 1) : "Réflexions féminines
La seconde (série 2) : "Les femmes s'affichent" 

Mise à jour.

C'est donc, (je m'y attendais un peu) un vote massif (87%) pour la première série ! C'est noté...Rendez-vous fin juin !