lundi, février 06, 2017

[MAKING OF] D’UNE PHOTO PRISE IL Y A 20 ANS À ORPIERRE

Greg CLOUZEAU
Beaucoup de travail en ce moment alors pas le temps d’écrire grand chose ou de vous proposer des images d’actualité. Ceci étant dit, je me suis plongé dans certaines vieilles boîtes d’archives et de diapositives, je suis tombé sur cette série argentique d’il y a 20 ans. Petite histoire d’un shooting en compagnie de Didier Gérardin, Alain Hoffmann et notre guide, Nicolas Jeannin pour des photographies très atypiques d’Orpierre.

Shooting à Orpierre, 1997, (C) Greg Clouzeau
Shooting à Orpierre, 1997, (C) Greg Clouzeau

Orpierre, c’est ce superbe petit village des Alpes du sud qui témoigne encore du passé florissant de la Baronnie des Princes d’Orange, au travers des ruelles, drailles et passages couverts du village médiéval. C’est aussi, bien entendu, une destination internationale incontournable pour bon nombre de grimpeurs et grimpeuses en quête d’escalades « plaisirs » mais aussi très difficiles. Je crois que ma première visite du site date de 1988...et je ne rate jamais une occasion d'y retourner !

Shooting à Orpierre, 1997, (C) Greg Clouzeau
Shooting à Orpierre, 1997, (C) Greg Clouzeau


L’ami Nicolas notre Guide et assistant ! 
En 1997, à la demande de Nicolas, pour renouveler la collection de cartes postales en vente dans le magasin, nous avons, Alain et moi, réalisé de nombreuses images. Parmi les cartes postales issues de ce travail, il y en a une signée Alain de Didier en pleine méditation sur un gros rocher orange. Elle vient de cette série…

C’est donc à l’entrée d’une ancienne mine (à gauche de la falaise du Puy) que nous sommes allez faire nos photographies profitant des ocres magnifiques du rocher. Attention, ce secteur est très dangereux et son accès est maintenant interdit.

Si aujourd’hui, certains utilisent un drone pour prendre de la hauteur, hier il nous fallait un escabeau ! C’est Nicolas qui joua le porteur. Ensuite, nous avons shooté, moi, pour avoir Didier et son ombre, Alain, perché sur son escabeau, pour avoir le village et le Quiquillon en arrière plan.


Nous avons joué avec la lumière 100% naturelle. Un réflecteur doré aurait pu s’avérer utile pour renvoyer cette lumière et déboucher des ombres mais là, je n’ai pas le souvenir d’en avoir utilisé.

Parmi les nombreux conseils reçus d’Alain ce jour là, j’ai retenu celui du choix de la tenue vestimentaire du modèle. Ainsi Didier est monté avec plusieurs débardeurs, T-shirts et shorts et c’est une tenue en adéquation avec le rocher et le ciel qui fut choisi…

Si je demande très rarement aux grimpeurs de changer de tenue lorsque l'on fait des images à Fontainebleau, je regrette parfois amèrement de ne pas l'avoir fait…

A gauche, Didier, un bleausard à Orpierre !


Et là c’est moi !
 Merci Alain Hoffmann pour cette très belle et rare image.